Mon stagiaire flirte avec la patiente

 

Les personnes dévouées et naïves qui n’ont aucune gratification en dehors du travail risquent d’être plus vulnérables à un attrait incompatible avec le professionnalisme.  C’est également le cas de celles rendues  vulnérable suite à un divorce, une rupture amoureuse, un  deuil, une dépression ou une perte affective seront plus vulnérables à la tentation d’établir une relation d’intimité inadéquate avec leurs clients.  C’est également le cas pour les personnes déviantes, ignorant leurs limites tout en pensant les connaître, ou habitées par un grand besoin d’être aimé.  Les personnes qui n’ont aucune gratification en dehors de leur travail risquent d’y rechercher des satisfactions qu’ils auraient avantage à rechercher ailleurs dans leur vie.  Moins fréquemment, il arrive que des personnes narcissiques, borderline ou sociopathe utilisent leurs patients pour satisfaire leurs propres besoins.

 

Certains patients seront aussi plus à risque.  Pensons encore une fois à ceux qui ont vécu un divorce, une rupture amoureuse, un deuil, une dépression ou une perte affective.  Les personnes séductrices, dépendantes, déviantes seront plus vulnérables à une occasion de séduction, tout comme les personnes ayant une histoire antérieure d’inceste, d’alcoolisme ou de toxicomanie. 

 

Pour éviter les tentations et les malentendus, nous inviterons le stagiaire à respecter  la pudeur du client, à observer une distance professionnelle et à module ses interventions selon les principes scientifiques et les règles de l’art.  L’aménagement adéquat du cabinet de consultation (rideaux, jaquette d’examen, tenue vestimentaire) et  un langage sans ambiguïté ou vulgarité facilitera les choses.  Le stagiaire mal à l’aise peut avoir recours à la présence d’une tierce personne au besoin.

 

Le patient n’a pas de code de déontologie.  Cela revient au professionnel de répondre adéquatement aux demandes. 

 

Nous encouragerons le stagiaire à réagir dès les premières étapes de la tentation.  Certains signaux d’alarmes peuvent être décelés, tels qu’agir en ami, laisser les distances s’atténuer, ressentir une certaine confusion quant à la nature d’une relation. 

 

Il vaut mieux que le stagiaire parle de la situation avec une personne de confiance s’il constate qu’il agit différemment pour ce patient, qu’il a le sentiment que ce que ce qu’il fait est à la limite de l’acceptable ou qu’il a l’impression qu’il est  la seule personne au monde qui comprend et peut aider ce patient exceptionnel.  Cela sera un signe d’alarme s’il ressent le besoin excessif de se justifier ou de camoufler son comportement. 

 

Quelques conseils pour le stagiaire : 

 

         Fixez et dites vos limites.

         Évitez de jouer involontairement le jeu de la séduction par des paroles, des regards ou des gestes.

         En cas de doute, prenez le temps de parler avec un collègue et évitez ceux qui ont des excuses faciles…

         Si un patient vous fait des avances, la réaction la plus fréquente est d’ignorer l’invitation.  Le patient peut alors espérer ou se sentir rejeté.  Il est important de clarifier la situation.  Par exemple: «Je comprends que vous vouliez être mon ami(e), mais je préfère vous garder comme patient(e)»

          «Je comprends que vous vouliez être mon ami(e), mais  ce n’est pas le genre de relation que nous allons avoir ensemble».

          

Le stagiaire devra devenir familier avec les phénomènes du transfert et du contre-transfert.  Le transfert est une illusion spécifique qui se développe envers l’autre personne, une illusion qui représente, à l’insu du sujet, par certains de ses traits, la répétition d’une relation envers une figure importante du passé de ce sujet. Il s’agit d’un phénomène souvent inconscient.  L’intervenant doit savoir que les sentiments amoureux, l’idéalisation ou autres sentiments du patient sont induits par la situation d’intervention.  Il ne doit pas l’attribuer à son charme personnel et n’a aucune raison d’en tirer une quelconque fierté ou d’agir dans le sens de la demande

 

Le contre-transfert réfère aux réponses affectives spécifiques qu’éveillent chez l’intervenant certaines caractéristiques spécifiques de son patient. L’intervenant perçoit Le médecin perçoit inconsciemment le patient comme apte à répondre à certains de ses besoins.  L’objectivité est altérée.  La transgression des limites est favorisée.

Il faut se demander pourquoi, parmi les milliards d’habitants de la planète, il faudrait choisir ses relations intimes parmi ses patients.

 

Bibliographie

 

Boulé, R. et Girard, G. (2003).  L’intimité dans la relation patient-médecin, Le Clinicien, février 2003, 115-123.

 

 

**************************************************

Accueil · Stage · Exceptionnel · Compétences · Retard · Position d’apprentissage · Refus · Plainte · Respect envers le patient · Respect envers le personnel · Flirt · Passivité · Stress · TDAH · Respect des engagements · Conflits · Rétroaction · Collaboration · Remédiation · Mauvaise nouvelle · Bien communiquer · Biais ·Mises en situation

**************************************************