4.  Des habiletés sociales importantes

 

 

 

MANHAP1Comment faire une demande?  Malgré les frustrations et les douleurs, il est préférable d’éviter d’attaquer autrui.  Cela diminue nos chances d’obtenir le support dont nous avons besoin.  Plutôt que de faire des reproches, de blâmer et de faire l’inventaire des défauts de l’autre, il vaut mieux partager de l’information de qualité en parlant de soi-même et en parlant de ses souhaits. 

 

·         Décrivez les faits.

·         Exprimez le sens que vous donnez à la situation.

·         Parlez de vos émotions.

·         Exprimez vos souhaits et vos désirs.

·         Demandez à votre interlocuteur de réagir.

·         Écoutez sa réaction.

 

Plutôt que : «Pourquoi ne me donnes-tu pas plus de soutien?»

J’apprécierais vraiment beaucoup que nous puissions passer plus de temps ensemble.  Je me suis sentie seule dernièrement et cela me manque de faire des choses ensemble

 

 

Plutôt que : «Pourquoi ne viens-tu pas à mes visites médicales?»

Je réalise que tu as été occupé dernièrement.  Toutefois, je me demandais si tu pourrais m’accompagner à ma prochaine visite médicale.  Il est parfois difficile de se souvenir de ce que dit le médecin dans nos brèves rencontres.  J’apprécierais vraiment ton soutien.

 

 

Plutôt que : «Pourquoi es-tu comme ça?»

Aide-moi à comprendre ce qui se passe.  Je veux vraiment savoir.

 

J’ai mal lorsque tu me dis que je suis paresseux.  Je veux que tu saches que ma douleur me dérange vraiment beaucoup et que je tente de faire de mon mieux pour retourner au travail.  Je n’apprécie pas que tu présumes que je suis paresseux.  J’ai mal.

 

 

Plutôt que «Pourquoi tu es méchante avec moi?»

J’ai remarqué que tu es fâché depuis une semaine, surtout quand tu cries après moi et me dis que je ne vaux rien.  Je ne veux pas que tu crie après moi ou que tu me dénigres.  Cela me fait du mal.  Je veux savoir ce qui se passe.   Pouvons-nous en parler?  Je souhaite que nous prenions le temps de se parler mais je ne te parlerai pas si tu commence à crier et à me dénigrer.

 

 

 


Faites des demandes claires, précises, actives, directes et polies.  Écoutez.  Regardez votre interlocuteur.  Prenez le temps de comprendre.  Rappelez-vous qu’écouter et comprendre ne signifie pas que l’on est nécessairement d’accord. 

 

Tenez compte de l’autre.  Vous avez avantage que les besoins des gens de votre entourage soient satisfaits et que le climat soit agréable. 

 

Avant de réagir de façon excessive, demandez-vous les questions suivantes :

·         Cette personne est-elle bien informée?

·         Est-elle volontairement méchante?

·         Est-elle éducable?

·         Occupe-t-elle une place importante dans ma vie?

·         Qu'est-ce que je veux?

·         Ai-je l'énergie nécessaire pour influencer cette personne?

·         Est-ce que je peux déléguer une partie du travail d'éducation?

 

Dire non

 

Qu’est-ce qui nous empêche de dire non? La peur d’infliger la souffrance. La peur de souffrir. La culpabilité. La honte. Le sens du devoir.

 

Plus facile de dire non quand il y a un plus grand «OUI!» en soi. Vision positive de l’effet des limites. Survivre. Être là plus tard, longtemps. Apprendre à faire face aux limites. Différencier le temporaire du permanent. Différencier nos hypothèses de la réalité. Différencier la dépendance, l’exploitation et l’amour.

 

Parler de soi et parler de souhaits. Décrivez les faits. Exprimez le sens que vous donnez à la situation. Parlez de vos émotions. Exprimez vos souhaits et vos désirs. Demandez à votre interlocuteur de réagir.  Écoutez sa réaction.

 

On peut exprimer son amour en ayant confiance que les gens ont les capacités de se débrouiller par eux-mêmes, qu’ils peuvent développer d’autres ressources, qu’ils peuvent comprendre que nous avons des besoins et nos propres priorités.  Les gens peuvent nous exprimer leur amour en respectant nos choix et nos priorités.  Ce n’est pas parce que nous cessons d’être le « héros » qui règle tous les problèmes que nous devenons le « méchant ». 

 

 

1.    Il est possible de dire non poliment et même amicalement, sans se fâcher

« Non. Je suis occupé cet après-midi. »

« Non, j’ai besoin de tout mon argent ces temps-ci. »

 

2.    Répétez si nécessaire

« Comme je te l’ai dis, j’ai des projets personnels cet après-midi.  Je ne suis pas libre. »

 

3.    Suggérez des solutions de rechange

«Je ne suis pas libre aujourd'hui. Peut-être pourrais-tu demander à ta gardienne?»

 

4.    Prenez le temps de bien comprendre

« Est-ce pour quinze minutes ou pour l’après-midi au complet? »

 

5.    Démontrez votre compréhension

«Je comprends bien que tu aimerais beaucoup sortir cet après-midi, que tu en aurais besoin, mais je ne suis vraiment pas disponible. Je suis occupé.»

 

6.    Au besoin, prenez le temps d’y penser

«Je vais y penser et je te donnerai une réponse dans deux heures (ou demain, ou dans une semaine, selon le cas).»

« Il faut que j’en parle à mon épouse.  Je t’en donne des nouvelles. »

 

7.    Adoptez une approche plus indirecte lorsque le contexte l’impose

·         Je trouve cela inconfortable de...

·         Je trouve cela gênant de...

·         Je trouve cela embarrassant de...

·         Je trouve cela intimidant de...

·         J'éprouve des réserves à...

·         J'éprouve un inconfort à...

·         J'éprouve une gêne à...

·         Je me sens embarrassé de...

·         Je me sens mal à l'aise de...

·         Je trouve cela difficile de...

 

8.    Exprimez vos sentiments face à son insistance

«Je regrette que tu persistes à me demander cela. Je me sens bousculé. Comme je te l'ai dit, je ne suis pas disponible aujourd'hui.»

 

9.    Exigez un changement de comportement

«J'aimerais vraiment que tu cesses d'insister.»

 

Rappelez-vous que quand vous commencerez à mettre ces stratégies en application, les gens de votre entourage, habitués à vous voir répondre positivement à toutes leurs demandes, insisteront énergiquement, espérant vous faire changer d'avis. Avec le temps, ils s'habitueront au fait que lorsque vous dites non, c'est vraiment non et ils n'insisteront plus. Il est très important de ne pas céder au début, sans quoi votre entourage va retenir qu'il suffit d'insister énergiquement pour que vous changiez d'idée.

 

 

Répondre aux critiques.

·         Demeurez d'abord silencieux, attentif, et regardez directement la personne qui s'adresse à vous.

·         Répétez le contenu de sa critique pour vérifier si vous avez bien compris.son message.

·         Faites préciser ce que vous n'auriez pas bien compris

·         S'agit-il d'une critique juste, fausse ou vague?

·         S'agit-il d'un critiqueur chronique?

 


Les critiques fausses

·         Nier directement, avec persistance, et en évitant de contre-attaquer

·         Suggérer une autre façon de voir la situation, donner de l'information pouvant expliquer ce qui s'est produit

·         Exprimer vos sentiments face aux critiques injustifiées

·         Demander calmement si vous avez fait autre chose de déplaisant et assurer la personne que vous tenez à connaître ce que vous avez pu faire qui lui ait été désagréable

·         Terminer la conversation de la façon la plus calme possible

 

Les critiques justifiées

·         Admettre votre erreur d'une façon claire en indiquant toutefois que cela ne veut pas dire que vous vous jugez mauvais ou incompétent

·         Offrir de réparer votre erreur

 

Les critiques vagues

·         Exprimer votre désir de mieux le comprendre et demander son aide pour ce faire

·         Demander un exemple précis

·         Demander à la personne de préciser ce qui la dérange personnellement et ce qu'elle souhaite

 

Le critiqueur chronique:

·         Répondre en étant persistant

·         Sans offrir de résistance, de prise ou d'information supplémentaire

 

 

Références

 

Boisvert, Jean-Marie et Beaudry, Madeleine. S'affirmer et communiquer. Montréal, Les éditions de l'homme, 1979, 328 p.

 


Retour à la page d'accueil

 


L'accueil · La dépression · La solitude · Le suicide · L'anxiété · Le stress · La colère · La douleur · Vieillir · Vivre avec un malade · La timidité · Surmonter la fatigue persistante · La motivation · Le bonheur · Une définition de la santé mentale · Réussir sa vie de couple · Vivre à plein · Intervenir en santé mentale · La fatigue normale de l'intervenant · Enseigner · Les émotions · La relaxation · Les médecins · L'humour· Interdisciplinarité· L'alcoolisme · Activités agréables · L'équipe· Des liens · Des articles · Des livres

Psychologue en milieu hospitalier depuis plus de 35 ans, Bruno Fortin s'intéresse particulièrement aux stratégies d'adaptation face aux situations stressantes de la vie. Il a une vaste expérience d'enseignant et d'animateur d'ateliers. Il est l'auteur et le coauteur de nombreux ouvrages dont Comment améliorer votre médecin? aux Éditions Fides.




Pour me faire parvenir vos commentaires et suggestions: gestiondustress@videotron.ca


Janvier 2017, © Bruno Fortin, psychologue. Tous droits réservés.