Vivre avec une personne diabétique

 

Fortin, B. (1993).  Vivre avec une personne diabétique.  Plein Soleil, 35(1), 5-7.

 

 

Lorsqu’un de nos proches nous annonce qu’il est atteint du diabète, plusieurs choix s’offrent à nous.  Les gens s’impliqueront à des degrés divers auprès de la personne diabétique.  Voici quelques suggestions qui aideront ceux qui le souhaitent à les aider tout en leur rappelant l’importance de prendre également soin d’eux-mêmes. 

 

Encouragez l'adhésion au traitement

 

L'entourage sert souvent d'agent de motivation pour le malade en lui rappelant la présence de la maladie, l'importance d'en tenir compte, l'existence de solutions pour améliorer la qualité de sa vie, ainsi que sa capacité personnelle à contribuer à son mieux être.  Aidez-le à avoir des attentes réalistes et à être prêt à persévérer même si les résultats obtenus ne sont pas aussi satisfaisants qu'il le souhaiterait. 

 

Favoriser le développement du sentiment de responsabilité du malade.

 

Laissez le diabétique se sentir responsable de la gestion de sa vie en lui exposant clairement les conséquences de certains choix.  Vous ne pouvez que faire votre effort, pas le sien.  Laissez-lui la responsabilité de faire les choix qui augmentent les chances qu'il puisse mener une vie agréable.  En cas de problèmes, recherchez sa collaboration pour trouver ce qui pourrait aider à ce que cela se passe mieux la prochaine fois.

 

Faites de votre mieux: ne vous demandez pas l'impossible.

 

Donnez-vous d'abord un rôle réaliste.  Vous pouvez faire tout ce qu'il est humainement possible de vous demander et ne pas réussir pleinement à influencer le comportement de la personne diabétique.  Rappelez-vous que vous n'êtes pas responsable des choses sur lesquelles vous n'avez pas de contrôle.  Si la condition du diabétique se détériore, ce n'est pas nécessairement parce que vous n'avez pas fait ce qu'il fallait faire.  Rappelez-vous que vous avez fait de votre mieux, avec vos ressources et vos connaissances, dans le contexte de votre vie.  Personne ne peut vous demander plus.  Vous pouvez être fier de vos efforts, même s'ils n'amènent pas les résultats que vous auriez souhaités.

 

Concentrez-vous sur ce qui est possible plutôt que de rechercher l'idéal.  Votre but n'est pas de rendre la personne diabétique complètement heureuse, à tout moment et pour le reste de ses jours.  C'est impossible.  Elle aura comme nous tous à affronter des frustrations et des insatisfactions.  Ne vous attendez pas de trouver une solution rapide à tous les problèmes.  Renoncez à vos espoirs de tout savoir, tout comprendre et tout prévoir. C'est impossible.  Contentez-vous d'être un être humain qui fait de son mieux pour en aider un autre.

 

Recherchez de l'information de qualité

 

Allez chercher de l'information de qualité pour vous-mêmes et pour le diabétique.  Facilitez-lui l'accès à l'information sur la maladie et le traitement.  Mettez-le en contact avec des personnes diabétiques plus expérimentées.

 

Donnez de l'information sur ce que vous vivez.

 

Parlez de vous sans juger la personne diabétique.  Si vous lui dites: "Tu n’arrêtes pas de tricher.  Tu es vraiment un imbécile sans volonté!", il risque de se sentir accusé, blessé et de se défendre, peut-être même d'exprimer son indépendance en trichant encore plus.  Vous aurez sans doute plus de chance d'être écouté si vous dites plutôt: "Je me sens mal à l'aise quand tu manges sans te préoccuper de ton régime.  J'ai peur que ta santé en souffre.  Je deviens tendu lorsque j'imagine que tu pourrais devenir plus malade et que je pourrais te perdre."  Si vous avez un sentiment négatif à exprimer, faites-le donc en parlant de ce que vous vivez, de vos sentiments, et de la situation précise qui est reliée à ce sentiment.  Il s'agit d'augmenter vos chances qu'il collabore avec vous en lui donnant de l'information de qualité sur ce que vous vivez.

 

Le fait de manifester ses désirs sous forme de suggestions est plus constructif que de simplement se plaindre.  Vous pouvez dire par exemple: "J'aimerais que tu consultes ton médecin à ce sujet." ou "J'aimerais que même en vacance, tu continues à surveiller ton taux de glucose sanguin".

 

Dites parfois non

 

Vous pouvez refuser de poser des gestes que vous considérez nuisible pour la santé du diabétique, tels qu'acheter ou préparer certains aliments qu'il doit éviter. Vous pouvez parfois décider que ses demandes sont exagérées ou simplement accorder la priorité à vos propres besoins. Adoptez un regard critique sur ce que vous avez à faire. Vous avez vous aussi le droit à une vie satisfaisante.

 

Encouragez la réflexion

 

 

Ne vous affolez pas, réfléchissez.  Aidez la personne diabétique à réfléchir aux problèmes plutôt que d'agir impulsivement. Prenez une distance émotionnelle des problèmes. Comparez-vous à d'autres personnes dans la même situation. Donnez-vous la permission de penser par vous-mêmes.  Vous n'êtes pas obligé d'être toujours en accord avec le diabétique.  Laissez-vous envisager toutes les solutions possibles aux différents problèmes que le diabète amène dans sa vie et dans la vôtre.  Vous pourrez ainsi faire tous deux des choix plus éclairés. 

 

Donnez parfois l'exemple

 

Vous pouvez choisir de lui donnez l'exemple en adoptant vous-même un régime de vie équilibré et un régime alimentaire sain.  Vous pouvez également être un modèle au niveau de votre souplesse et de vos habiletés d'adaptation aux différentes crises de la vie (changement d'emploi, modifications de vos habitudes, amélioration de vos comportements de santé).  N'allez toutefois pas jusqu'à vous obliger à suivre un régime aussi sévère que le sien. Vous êtes deux personnes différentes.  Vous avez le droit à votre propre vie.

 

 

Apprenez à vous connaître et à prendre soin de vous.

 

Intéressez-vous à vous-même.  Soyez attentif à vos besoins.  Traitez-vous comme vous traiteriez un ami.  Réservez-vous régulièrement du temps pour le repos et les loisirs.  Apprenez à reconnaître vos signaux d'alarme.  Respectez vos limites.  Lorsque vous considérez avoir fait ce que vous pouviez faire, donnez-vous la permission de détourner votre attention de la maladie.  Intéressez-vous à autre chose.  Apprenez à vous détendre.

 

Renoncez à toujours contrôler vos sentiments, paraître heureux, calme et serein.  Vous êtes un être humain qui vit toute la gamme des sentiments.  Donnez-vous le droit d'être fatigué ou malade.  Prenez du temps pour vous-mêmes.  Vous ne serez utile à personne si vous vous épuisez complètement.

 

Évaluez régulièrement votre intérêt, votre disponibilité et votre capacité d'aider.  Exprimez vos sentiments à un confident.  Cela vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe en vous.  Acceptez l'aide des gens de votre entourage.  Aménagez l'environnement afin de vous faciliter la tâche.

 

Identifiez les situations stressantes

 

Sachez quand vous êtes le plus susceptible d'avoir à fournir un effort et quand vous êtes le plus susceptible de ne pas être à votre meilleur.  Demandez alors l'aide de l'entourage.  Certaines personnes pourraient peut-être parfois vous remplacer afin de vous laisser un répit. Reposez-vous en prévision des difficultés à surmonter.

 

Remarquez les succès du  malade

 

Encouragez-le en soulignant ses succès. Mentionnez-lui occasionnellement que vous appréciez les efforts qu'il fait et que vous appréciez le fait que cela augmente les chances que vous ayez une longue vie agréable ensemble.  Encouragez toutes les activités ou les décisions qui vont dans le sens d'un plus grand sentiment d'autonomie, de compétence, de maîtrise et d'estime de soi. 

 

 

Amusez-vous

 

Contribuez à créer occasionnellement une humeur joyeuse dans votre vie commune.  Partagez des activités agréables.  Aidez-le à développer des activités qui facilitent le respect de son régime de vie. 

 

Rappelez-vous votre but

 

Votre but n'est pas de vous quereller dans une lutte de pouvoir sans fin.  Votre but est d'obtenir pour vous ainsi que pour la personne diabétique une vie aussi satisfaisante que possible.  Tenez compte de cette priorité. 

 

 


L'accueil · La dépression · La solitude · Le suicide · L'anxiété · Le stress · La colère · La douleur · Vieillir · Vivre avec un malade · La timidité · Surmonter la fatigue persistante · La motivation · Le bonheur · Une définition de la santé mentale · Réussir sa vie de couple · Vivre à plein · Intervenir en santé mentale · La fatigue normale de l'intervenant · Enseigner · Les émotions · La relaxation · Les médecins · L'humour· Interdisciplinarité· L'alcoolisme · Activités agréables · L'équipe· Des liens · Des articles · Des livres

Psychologue en milieu hospitalier depuis plus de 35 ans, Bruno Fortin s'intéresse particulièrement aux stratégies d'adaptation face aux situations stressantes de la vie. Il a une vaste expérience d'enseignant et d'animateur d'ateliers. Il est l'auteur et le coauteur de nombreux ouvrages dont Comment améliorer votre médecin? aux Éditions Fides.




Pour me faire parvenir vos commentaires et suggestions: gestiondustress@videotron.ca


Janvier 2017, © Bruno Fortin, psychologue. Tous droits réservés.