Vivre à plein malgré ses limites 

par Bruno Fortin, psychologue




Chacun de nous a des limites qui lui sont propres et dont il doit tenir compte. Elles influencent notre vie et méritent notre attention si l'on veut favoriser le plein développement de notre potentiel. Chacun de nous est un projet unique en voie de réalisation. Nous sommes tous différents, et ces différences nous exposent aux préjugés et à la marginalisation. Malgré ces différences, nous sommes aussi tous semblables, dignes d'aimer et d'être aimés, à la recherche du chemin qui nous permettra de vivre pleinement.


Que signifie vivre à plein? Chaque personne a sa définition, en fonction de son plan de vie et des ressources à sa disposition. A plein ne signifie pas sans limites et sans contrainte. Au contraire: il s'agit de faire de notre mieux compte tenu des ressources disponibles et du contexte de notre vie. Cette définition évoluera au cours de notre vie, selon les difficultés et les occasions qui se présentent à nous. Il s'agit aussi d'éviter de rajouter inutilement des limites à celles qui sont déjà dans notre vie.


En effet, certains pièges risquent de vous désavantager et de vous amener vers un état de détresse psychologique. Quels sont ces pièges? 1) Cesser ses efforts de façon prématurée, 2) Se croire impuissant devant une situation sans que cela soit le cas, 3) Exiger que tout se déroule constamment selon ses désirs, 4) Choisir la solitude d'une façon absolue, et 5) Renoncer pour toujours à tous ses intérêts et à tous ses espoirs.


Heureusement, il y a aussi des attitudes positives qui vous seront utiles pour éviter ces pièges, diminuer l'intensité de la détresse et améliorer la qualité de votre vie. Il s'agit globalement 1) d'entretenir une relation amicale avec soi-même, 2) de cultiver son jardin relationnel et 3) d'utiliser sa raison et de percevoir les situations d'une façon nuancée.


Voyons d'abord comment avoir une relation amicale avec soi-même. Nous pouvons trouver notre façon de nous faire du bien, entre autres en nous reposant lorsque nous en avons besoin. Cherchons activement à satisfaire nos besoins et à atteindre nos buts. Nous pouvons également accepter de partir d'où nous sommes, sans nous résigner à y demeurer pour le reste de notre vie. Cela nous demandera de faire le deuil de ce qui est impossible ou de ce qui n'est plus là. Nous pouvons nous faire notre propre idée de ce que nous souhaitons vivre, et assumer nos choix. Soyons notre propre avocat et notre propre juge. La vie peut être difficile, mais elle contient aussi de bonnes choses. Choisissons de croire et d'espérer.


Voyons maintenant comment cultiver notre jardin relationnel. Il s'agit bien sûr de cultiver toutes sortes d'amitiés. Donnons-nous l'occasion d'aimer et d'être aimé et acceptons l'aide d'autrui. Permettons aux gens qui nous entourent de réagir à ce qui nous arrive. Entrons en contact avec des gens qui vivent les mêmes désavantages que nous. Confions-nous à des gens de confiance. Méfions-nous des personnes ou des situations qui empoisonnent notre existence et revendiquons notre place.


Voyons finalement comment utiliser sa raison et percevoir les situations d'une façon nuancée. Cherchons d'abord de l'information de qualité. Recherchons les nuances et l'équilibre de la pensée. Recherchons activement le chemin qui nous permettra de continuer notre vie. Évitons de nous servir de nos limites comme excuses. N'exagérons rien. Recherchons à influencer positivement notre vie et notre entourage plutôt que de vouloir tout contrôler. Mettons de côté les questions inutiles ou sans réponse. Concentrons-nous sur ce que l'on peut faire à partir de maintenant et pour l'avenir. N'accordons notre attention qu'à ce qui le mérite.


Certaines personnes de notre entourage tiendront des propos désagréables. Avant de réagir à leurs propos, nous pouvons nous éviter bien des frustrations en nous posant les questions suivantes.


Chaque fois que quelqu'un témoigne de sa détermination à profiter de la vie, malgré les difficultés et les limites, en utilisant pleinement ses ressources et celles de son entourage, il éveille chez les gens avec qui il entre en contact le goût irrépressible de faire de même, de vivre à plein, dans la direction qu'ils ont choisie pour eux-mêmes. Il transforme alors le monde en un lieu un peu plus agréable à vivre. C'est ce que nous pouvons tous faire en commençant à vivre à plein.



*****************


*****************

Lectures suggérées:

Désormeau, L. et Fortin, B. (1993). Vivre à plein malgré ses limites Montréal: Éditions Fides.

Fortin, B. et Néron, S. (1990). Vivre avec la cancer. Montréal: Éditions du Méridien.

Fortin, B. et Néron, S. (1991). Vivre avec un malade... sans le devenir! Montréal: Éditions du Méridien.




L'accueil · La dépression · La solitude · Le suicide · L'anxiété · Le stress · La colère · La douleur · Vieillir · Vivre avec un malade · La timidité · Surmonter la fatigue persistante · La motivation · Le bonheur · Une définition de la santé mentale · Réussir sa vie de couple · Vivre à plein · Intervenir en santé mentale · La fatigue normale de l'intervenant · Enseigner · Les émotions · La relaxation · Les médecins · L'humour· Interdisciplinarité· L'alcoolisme · Activités agréables · L'équipe· Des liens · Des articles · Des livres

Psychologue en milieu hospitalier depuis plus de 35 ans, Bruno Fortin s'intéresse particulièrement aux stratégies d'adaptation face aux situations stressantes de la vie. Il a une vaste expérience d'enseignant et d'animateur d'ateliers. Il est l'auteur et le coauteur de nombreux ouvrages dont Comment améliorer votre médecin? aux Éditions Fides.




Pour me faire parvenir vos commentaires et suggestions: gestiondustress@videotron.ca


Janvier 2017, © Bruno Fortin, psychologue. Tous droits réservés.